Décès du Dr Adolphe Pasteur (1831-1920)

Adolphe Pasteur, doyen du corps médical genevois, est mort le 21 mars dernier dans sa 90e année, à Morillon, près des deux Saconnex, où il a exercé pendant soixante ans sa profession.

Il appartenait à une famille originaire de St Maurice, sur Bellerive, qui s’était fixée au XVIIe siècle dans notre ville. Il y était né en 1831, y avait fait toute sa première éducation et avait commencé en 1850 ses études médicales à Zurich, où vivait encore son aïeul maternel, Marc Mousson, l’ancien chancelier de la Confédération. Il les continua à Paris, où il fut reçu docteur en 1857.

Il s’établit peu après au Grand-Saconnex, que sa famille habitait en été, et ne tarda pas à y être fort occupé; en 1875, il vint se fixer à Morillon, où il continua son activité jusqu’au moment où les progrès de l’âge et la maladie le condamnèrent au repos. Il a fait partie du Conseil municipal du Petit-Saconnex pendant plusieurs années.

Pasteur a été un excellent praticien, d’un caractère fondamentalement aimable et bienveillant, dévoué à ses malades dont il devenait bien vite l’ami; aussi avait-il acquis rapidement une nombreuse clientèle qui s’étendant bien au delà de la région où il s’était établi. Le nombre de ceux qu’il a obligés, soulagés ou consolés ne se compte pas, aussi, le départ de ce vénérable médecin laisse-t-il d’unanimes regrets. Nous nous associons au deuil de sa famille.

Journal de Genève, 26 mars 1920


Monsieur et Madame Alexandre Pasteur,
Mademoiselle Marguerite Pasteur,
Mademoiselle Valentine Pasteur,
les enfants et petits-enfants de M. Henri Pasteur,
les enfants et petits-enfants de Madame Amédée Lullin,
les enfants et petits-enfants de Madame Henri Bouthillier de Beaumont,
les enfants et petits-enfants de Monsieur Eugène de Budé,
ont le chagrin de faire part du décès de leur cher père, beau-père, oncle et grand-oncle

Monsieur le docteur
Adolphe PASTEUR

enlevé à leur affection le 21 mars 1920 dans sa 90me année.
Culte à Morillon pour les parents et les amis le mercredi 24 mars, à 10 h. 30.
L’honneur se rendra à la sortie du cimetière du Petit-Saconnex, à 11 h. 30.
Prière de ne pas envoyer de fleurs.
Le présent avis tient lieu de lettre de faire-part.

Journal de Genève, 26 mars 1920


La Société Médicale de Genève a le regret de faire part du décès de

Monsieur le docteur
Adolphe PASTEUR
Membre honoraire de la Société Médicale

L’honneur se rendre à la sortie du cimetière du Petit-Saconnex, le mercredi 24 mars, à 11 h. 30.
Le Président :
Dr Raoul Dunant.

Journal de Genève, 26 mars 1920


Don au Musée d’art et d’histoire – En souvenir de M. le Dr Adolphe Pasteur et de Mme Julia Pasteur, née de Budé, leurs parents, M. Alexandre Pasteur et Mlles Marguerite et Valentine Pasteur, ont généreusement fait don au Musée d’un service à café en ancienne porcelaine dite de Genève (époque de l’Empire) avec sucrier de même provenance, et d’une très belle montre à répétition, en or émaillé, de la maison J.-Bautte (vers 1825).

Le service en porcelaine, décoré de portraits-médaillons et de sujets figurés (costumes suisses), est bien connu des amateurs et a pris une place d’honneur dans plusieurs expositions. Par la finesse et la maîtrise de l’exécution, l’éclat harmonieux des couleurs, la beauté exceptionnelle des ors, les pièces composant cet ensemble – tourné et cuit à Nyon – peuvent être considérées comme le chef-d’œuvre de Pierre Mulhauser, qui les a peintes et dorées à Genève ; la plupart d’entre elles portent en effet les initiales du célèbre peintre décorateur et l’écusson genevois. Toutes se trouvent dans un état de conservation admirable et n’ont certainement pas servi.

Le sucrier, à fond rose, en forme d’urne, est orné du portrait et des initiales dorées du baron Frédéric-Guillaume Maurice, qui, dans les fonctions difficiles de maire de Genève, sous l’Empire, sut déployer les qualités d’un administrateur éminent.

Le Conseil administratif a accepté avec une vive reconnaissance un don si précieux pour l’histoire de nos arts nationaux, et ce sentiment sera partagé par tous ceux de nos concitoyens qui ont également à cœur les souvenirs de ce brillant passé.

La collection sera exposée jusqu’à la fin du mois dans la salle Duval, avant d’être définitivement placée dans les séries auxquelles elle appartient.

Journal de Genève, 27 mars 1920


Le Dr. A. PASTEUR – Le corps médical genevois a perdu, le 21 mars dernier, son doyen, le Dr. Adolphe Pasteur, décédé à Morillon dans sa quatre-vingt-dixième année. Retraçons brièvement ce qu’a été la carrière de ce regretté confrère.

Adolphe Pasteur appartenait à une famille originaire de Saint-Maurice sur Bellerive, devenue genevoise au XVIIe siècle ; son père avait été membre du Conseil représentatif et directeur des postes du canton de Genève ; par sa mère il était le petit-fils de Marc Mousson, qui a rempli avec distinction pendant de longues années les fonctions de chancelier de la Confédération suisse. Il était né le 14 février 1831 et fit ses premières études au collège et à l’académie de Genève. Il se décida de bonne heure à embrasser notre profession ; il y était encouragé par l’exemple de deux de ses grands oncles maternels, les Drs Ith et Schifferli, tous deux professeurs à la Faculté de médecine de Berne.

Ce fut à Zurich qu’il commença en 1850 son éducation médicale, qu’il continua à partir de l’année suivante à Paris où il fut reçu docteur en 1857 ; sa thèse inaugurale, intitulée : De quelques points de la pathologie du cœur, traite principalement de l’action qu’exercent sur la circulation pulmonaire les affections cardiaques. Muni de son diplôme il s’installa à Genève, qu’il quitta bientôt pour s’établir au Grand-Saconnex où il était né et où sa famille avait sa résidence d’été ; il ne tarda pas à y être fort occupé ; en 1875 il se fixait à Morillon, dans la commune voisine du Petit-Saconnex, où il continua à exercer très activement notre art jusqu’au moment où l’âge et la maladie l’ont obligé au repos.

Pasteur a fait partie de la Société médicale de Genève depuis l’année 1858, il l’a présidée en 1866 et en a été membre honoraire en 1914 ; il lui a fait plusieurs communications dont l’une en particulier en 1886 sur la médication purgative à laquelle il attribuait une grande efficacité. Il jouissait de l’estime et de l’affection de tous ses confrères qui le 23 avril 1908 se réunissaient à Morillon pour lui exprimer par la voix de leur président, le Dr. E. Thomas, leurs meilleurs vœux à l’occasion du cinquantenaire de son entrée dans leur société ; il répondit par une charmante allocution. (1) Il a peu écrit ; outre sa thèse et un rapport présidentiel sur la Société médicale de Genève en 1866, nous connaissons de lui un intéressant article paru en 1881 dans notre Revue sur une épidémie de fièvre typhoïde au Petit-Saconnex, due à l’infection d’un puits par un malade venu de dehors.

Pasteur a été un excellent praticien d’un caractère foncièrement aimable et bienveillant, dévoué à ses malades dont il devenait bien vite l’ami, aussi avait-il acquis une nombreuse clientèle qui s’étendait bien au delà de la région où il s’était établi ; le nombre de ceux qu’il a traités avec le plus entier désintéressement comme de ceux qu’il a soulagés et consolés ne se compte pas. Il jouissait d’une juste popularité dans les deux communes de Saconnex qu’il a successivement habitées et dans toutes deux il fut appelé à siéger au Conseil municipal. Sa mort y a laissé d’unanimes regrets. Nous adressons à sa famille l’expression de notre vive sympathie.

(1) Voir cette Revue, 1908, p. 482

Revue médicale de la Suisse Romande, Numéro 4, Avril 1920, page 274

 

Laisser un commentaire